Garant Guillaume dit William (1890-1950)

  • Année et lieu de naissance: Le 29 juillet 1890 à Saint-Éphrem-de-Tring, Beauce
  • Année et lieu du décès: le 10 décembre 1950 à Saint-Georges de Beauce (crise cardiaque)
  • Nom du père: Polycarpe Garant (1859-1925)
  • Nom de la mère: Adéline Nadeau (1860-1925)
  • Éducation:
  • Profession: Charretier, taxi, épicier, commis de magasin général
  • Épouse: Marie Grondin (1888-1980) Née le 31 octobre 1888 à Saint-Éphrem-de-Tring, Beauce, elle décède le 11 janvier 1980 à Saint-Georges de Beauce à l’âge de 91 ans. William et Marie se marièrent le 15 juillet 1912 à Saint-Évariste de Forsyth, Beauce.
  • Enfants avec Marie Grondin (1888-1980) (parents de 12 enfants)
    1. Henri-Paul Garant dit Paulo (1913-1974) Né le 4 juillet 1913 à Saint-Georges de Beauce, il décède le 22 juillet 1974. Bûcheron, il est invalide une partie de sa vie. Il possédait une terre à bois au rang des Gilbert à Saint-Philibert, en Beauce. Amateur de pêche, il se complaît dans la forêt. Célibataire.
    2. Lucien Garant (1914-1965)  Né le 27 novembre 1914 à Saint-Georges de Beauce. Cardiaque, il décède le 4 mars 1965 à l’âge de 50 ans. Le 2 octobre 1941, à Saint-Georges, il épouse Simone Bourque (1921-1994), fille d’Alfred Bourque et de Fleur-Ange Bolduc. 
    3. Jeannette Garant  dite Jeanne (1916-2012) Née le 21 avril 1916 à Sainte-Justine de Langevinde, Dorchester, elle décède le 12 janvier 2012 à Saint-Georges de Beauce, âgée de 95 ans. En 1947, elle épouse Blaise Gagnon (1920-1982), maître-électricien et fils du député de Frontenac, Henri-Louis Gagnon (1881-1964) de Lambton. Blaise fut échevin de Saint-Georges, Blaise décède du cœur le 17-01-1982. Quatre enfants : Jean, Louise, Pauline, Suzanne. En 1947, trois filles de Marie et William se marient : Jeannette, Gertrude  et Paule-Hélène.
    4. Olivette dite Yvette Garant (1917-1944), née le 11 juillet 1917 à Saint-Georges, décédée le 10 novembre 1999 à Saint-Prosper, Beauce). Le 10 mai 1944, elle épouse le vétéran soldat Henri Létourneau (1920-1985) à Irenée et Lisa Labbé. Ferblantier, spécialiste en chauffage et propriétaire d’une usine de vêtements. Henri décède à Saint-Prosper le 31-10-1985, âgé de 65 ans et 9 mois. Ils sont inhumés tous deux à Saint-Prosper, en Beauce. Sept enfants : Roger , Diane, René (1949-2012), Ginette, Raymond, un fils mort-né et France Létourneau.
    5. Madeleine Garant (1918-1984), dite Mado  Née le 15 octobre 1918 à Saint-Georges, elle décède à Montréal le 19 octobre 1984. En 1941, elle épouse Mario Désautels (1917-1970)  à Saint-Georges de Beauce. Avant son mariage, Madeleine était coiffeuse sur la 1re avenue à Saint-Georges. Mario décède à Montréal le 8 mars 1970, âgé de 53 ans. Six enfants : Jacques, Lili, Pierre, Michel, Hélène (11-09-1952/22-01-2001,inhumée à Montréal). Marie Désautels.
    6. Jean-Gérard Garant (1920-1920)  Né le 2 juillet 1920 à Saint-Georges de Beauce, il décède la même année le 19 septembre. Il fût baptisé le 5 juillet, parrain et marraine : Bernard Grondin et Victoria Boucher. Inhumé au secteur ouest de Saint-Georges.
    7. Gertrude Garant dite Gert (1922-1984)  Née le 10 février 1922 à Saint-Georges, elle décède le 4 novembre 1984 dans la même paroisse. Elle épouse Romuald Rhéaume (1922-1982) le 3 septembre 1947. Il est le fils de l’hôtelier Albéric Rhéaume (1891-1959), ex-charron de Sainte-Marie de Beauce. Romuald Rhéaume (17-10-1920/02-11-1982), machiniste, artisan-forgeron d’art et antiquaire bien connu. Romu est aussi peintre, sculpteur, taxidermiste, écrivain à ses heures et conseiller municipal. Il a même fait revivre la chapelle Cumberland à l’époque de Noël d’antan. Le carrosse de la reine du carnaval georgien 1958 était son œuvre. Le Jaro des jeux d’hiver prit vie de ses mains. En 1974, la Direction générale du patrimoine du Québec fait connaître sa collection de moules à sucre. Ils auront une fille, Suzanne dite Suzie Rhéaume.
    8. Jean-Louis Garant (1924-1943) dit Jeannot.  Né le 21 janvier 1924 à Saint-Georges de Beauce, il décède le 30 septembre 1943 à Tripoli en Libye, en Afrique du nord.  Soldat volontaire, matricules D-51341 et E-38102. Inhumé au cimetière miltaire de Tripoli (tombe 20, rangée E, lot7) .Il fait partie du Royal 22nd Regiment of Châteauguay. Vers 1986, par l’entremise de l’Ambassade canadienne en Égypte, voisine de la Lybie,  la famille Garant obtient des photographies du monument funéraire de Jean-Louis. Dans la Tour de la Paix à Ottawa, son nom est inscrit à la page 162 du Livre du Souvenir de la Deuxième Guerre mondiale. Médailles : Médaille de guerre 1939-1945, L’Étoile de 1939-1945, Médaille du Volontaire avec agrafe, Médaille d’Italie et la Croix du souvenir. Célibataire. Cliquez ici pour accéder à la page concernant Jean-Louis Garant (1924-1943) des vétérans de guerre du Canada. Si le lien n’existe plus, cliquez ici pour accéder à la capture d’écran de ce qu’il y avait sur cette page en 2017
    9. Paule-Hélène Garant (1925-2002) dite Hélène.  Née le 20 avril 1925 à Saint-Georges de Beauce, elle décède le 31 janvier 2002 à Saint-Élie-de-Caxton. Sépulture au Repos Saint-François, section Marie-Auxiliatrice niches, concession 0031B, à Montréal. Elle épouse Roger Larin (1927-2013), fils de Lucien Larin et de Bertha Caron, épouse en secondes noces du dentiste Louis-Philippe Gagnon à Jos (1905-1967)…et 3e mariage à Grégoire Poulin (1917-1999). Trois enfants : Richard, Micheline, Josette Larin.
    10. Marcelle Garant (1926-2000) dite la Doude.  Baptisée le 16 octobre 1926, parrain et marraine : Joseph Couture et Élise Grenier, son épouse. Elle décède à Montréal. Paul-Émile Campion, taxi, est le père de sa fille Renée Campion et de Lise.     
    11. Lucille Garant  (1928-2000) dite Zozo. Née et baptisée le 24 juillet 1928. Elle épouse Armand Lehoux (1924-1990), conseiller en vente automobiles. Il est natif  de Thetford Mines, fils de Joseph et Fabiola Guay. Une fille, Carole Lehoux.
    12. Thérèse Garant  (1930-2018). Née le 10 mai 1930, à Saint-Georges de Beauce, elle épousa Henri Morissette (1926-2002), boucher, livreur d’une entreprise de nettoyage de vêtements. Henri est le fils de l’hôtelier Hormidas Morissette (1898-1978) du Manoir Chaudière. Son grand-père Adolphe Morissette (1863-1922) fut propriétaire de l’Hôtel Commercial, à la Station de Saint-Georges de Beauce. Thérèse et Henri sont les parents de : Pierre, Josée, Catherine. Le 21 avril 2018, Thérèse Garant décède au Centre Hospitalier Beauce-Etchemin, à Saint-Georges de Beauce.






Photo de William Garant (1890-1950) par

André Garant (1946)

, petit fils et filleul

Photo de Marie Grondin:

Photo de la famille de William Garant (1890-1950) prise en 1942:

Sur la photo ci-haut, Jean-Louis Garant (1924-1943) en haut à gauche faisait sa dernière visite dans la famille, il décéda 9 mois plus tard à l’âge de 19 ans. Sépulture en Afrique du Nord


Résumé de la vie et de la carrière de William Garant (1890-1950) selon André Garant (1946):

Guillaume dit William Garant (1890-1950)

 Guillaume dit William Garant (1890-1950) naît à Saint-Éphrem le 29 juillet 1890. Il sera commis dans un magasin général de Saint-Éphrem. C’est là qu’il connaît sa future épouse Marie Grondin (1888-1980), née le 31 octobre 1888 à Saint-Éphrem, en Beauce,  fille de Bernard Grondin et de l’Irlandaise Elizabeth Foley.  Marie Grondin est la sœur de Joseph (1872-1893), Jean dit le grand Johnny (1873-1969), Henri (1875-1881), Charles-Émile (1877-1959), Godefroid (1879-1881), Virginie (1881-1963), Césarie (1882-1979),  Joséphine (1884-), Bernard Jr (1886-1944), Alexis (1890-). 

Le 15 juillet 1912, l’abbé F. de Borgia Boutin bénit, à Saint-Évariste-de-Forsyth, le mariage de Marie Grondin et de William Garant. Le couple déménage à Saint-Georges où William devient commis chez Joseph Gagné de la 1re avenue (futur site d’Amédée Carignan); Marie Grondin-Garant a sa propre boutique de modiste (chapeaux) sur la 1re avenue Est, face au magasin général de Joseph Gagné, 1er maire du village de Saint-Georges Est. Le 21 novembre 1915, le commerce de Marie passe au feu lors de cette importante conflagration georgienne. 

Temporairement, en 1916, William et deux de ses frères ouvrent à Daaquam une salle de billards-restaurant-épicerie; le train se rend dans cette région forestière depuis peu. Comme son père Polycarpe, William commercera quelques années des terres à bois dans la région de Sainte-Justine, où il est aussi commis chez Joseph Sirois, magasin général. 

William et Marie reviendront vite à Saint-Georges en 1917 et résideront au coin de l’actuelle 123e rue et du viaduc, maison déménagée en 1955. En août 1928, William loue, sur la rue Saint-Albert (future 121e rue) de Saint-Georges-Est, la maison de son frère Jacques, future maison de Gérard Gilbert et Lucien Poulin à Ernest, juste à côté de la future maison de son fils Lucien Garant. 

En mars 1937, William achète une partie du lot 600 de la rue Saint-Albert, borné au ruisseau de l’Ardoise : en 1942 connu sous le lot 600-37 et plus tard en lot 600-37-3.  En avril 1938, William achète 70 pieds de terrain contigu. Ainsi, en 1938, la famille de William Garant aménage au 111 de la 21e rue Est : une maison à trois étages plus une cave. En janvier 1940, William se présente aux élections municipales de Saint-Georges, contre Joseph Boily qui gagne. En  décembre 1973, Léandre Morin et Lucien Fournier s’en portent acquéreurs.  

Au 3e étage de sa maison, Marie Grondin-Garant aménage un atelier de confection et de réparation de manteaux de fourrures. Elle est une pionnière de ce métier à Saint-Georges. Dû à ses jeunes années passées en Nouvelle-Angleterre et à ses racines irlandaises, Marie Grondin est parfaite bilingue. Quant à William, il commerce les fraises, les patates; il les achète directement à la gare de Saint-Georges. Il a été aussi charretier, puis taxi. Il sera aussi propriétaire d’une épicerie dans la 120e  rue, face à Edgar Houde : la St.George Woolen Mills lui fournit une clientèle intéressante. 

William décède d’une crise cardiaque le dimanche 10 décembre 1950 : il a 60 ans et 4 mois et est la 17e sépulture de la nouvelle paroisse de l’Assomption. Il est inhumé au cimetière de Saint-Georges-Ouest. Pendant cette année sainte 1950, deux autres frères de William Garant meurent aussi de problèmes cardiaques : Arthur le 25 juillet1950 et Alfred le 15 octobre 1950...trois fils de Polycarpe en 5 mois !

De 1950 à 1973, Marie Grondin demeure seule avec son fils, Henri-Paul Garant, célibataire. De 1941 à 1953, Lucien Garant et son épouse Simone débutent leur vie commune au sous-sol de la maison de William et Marie Garant. Une soeur de Lucien, Thérèse et son époux Henri Morissette y passeront aussi plusieurs années en loyer. 

Marie Grondin déménage en loyer sur la 127e rue et finira ses jours au Foyer l’Assomption de Jersey Mills et y décède le 11 janvier 1980, âgée de 92 ans et 2 mois. 

Ascendance irlandaise

de Marie-Grondin-Garant

 

William Foley (1785-1854)-Elizabeth Agers (Irlande)

Michaël Foley (1826-1894)- Euphémie Denis (1831-1919)

Elizabeth Foley (1850-1941)- Bernard Grondin (1850-1926)

Marie Grondin (1888-1980)- William Garant (1890-1950)

Lucien Garant (1914-1965)-Simone Bourque (1921-1994)

André Garant (1946-)-Nicole Roy (1946-)

Selon la tradition orale familiale, en 1831, un soldat protestant plaque un fusil à la tempe du jeune Michaël, catholique, qui se réfugie sous son lit. En 1846, les Foley arrivent au Québec. L’Irlande dans le sang Grondin-Garant…

Les registres paroissiaux de Saint-François-de-Beauce (Beauceville) dévoilent que William Foley décède le 2 et est inhumé le 4 décembre 1854 à 69 ans; on le dit veuf d’Elizabeth Agers. Aussi, le 7e mariage du 24 octobre 1848 de son fils Luke indique que William Foley est du township de Frampton.

Né en Irlande vers 1819, Luke Foley habite Saint-Odilon-de-Cranbourne et sera contremaître d’un moulin à papier à East-Angus. Unilingue anglais, comme son père.. Il est inhumé au cimetière Saint-Michel de Sherbrooke. Le 24 octobre 1848, à Saint-Édouard de Frampton, il épouse Bridget Cullen, fille de John Cullen et de Ellen Downs. Luke et Bridget, parents des enfants : William (1849-), Michaël (1851-1852), Elizabeth (1853-1870), Mary (1855-1917) épouse de Amédée Pépin (1852-1910), Helene (1857-1875) épouse Charles O’Neil.

Le 1er octobre 1849, Michaël Foley à William se marie à Saint-François-de-Beauce à Euphémie Lapierre dit Denis (1831-1919), fille de Louis Denis et Rosalie Grondin à Jean; Jean Grondin habite le 1er rang nord-est de Saint-François. Lors du recensement de 1872, Michaël dit Michel Foley habite la concession 516 du rang Saint-Louis nord-ouest de Saint-François-de-Beauce; Michaël est cultivateur, instituteur et, en date du 8 avril 1863, il est secrétaire-trésorier de la municipalité. De 1858 à 1859, Michaël devient le 2e maire de Saint-François-de-Beauce, juste avant le seigneur Charles-Joseph Chaussegros de Léry. Décédé le 3 mars 1894, âgé de 67 ans et 5 mois, Michaël Foley est inhumé à Saint-Honoré-de-Shenley. 

Le romancier André Mathieu (1942-2009), auteur de La saga des Grégoire (sept volumes) retrace un peu la vie des Foley à Saint-Honoré-de-Shenley, en Beauce. Michaël achète la maison voisine du magasin général Honoré Grégoire (1865-1932) de Saint-Honoré-de-Shenley, en Beauce; la forge semble opérée par son fils Joseph Foley. Bernadette Grégoire aurait habité la maison de Michaël et Euphémie vers 1941 à 1990. Enfin, clin d’œil à l’histoire, deux toponymes de Saint-Honoré rappellent la présence des Foley : le ruisseau Foley et le Cap à Foley.

 

Michaël Foley et Euphémie Denis auront

12 enfants à Saint-François-de-Beauce 

 

-       Elizabeth Foley, baptisée le 7 septembre 1850. Le 11-07-1871, elle y mariera Bernard Grondin, cultivateur de Saint-François (Beauceville de jadis), fils de Jean Grondin et Césarie Poulin. Elle décède le 3 janvier 1941, à St-Évariste-de-Forsyth, comté de Frontenac. Elle est la mère de Marie Grondin-Garant, ma grand-mère paternelle. Je suis né dans le logement de mes parents, au sous-sol de la maison de William Garant.

- Louis (1851-1913), époux de Célérine Veilleux (1855-1921)

-  Marie (1853-1907), épouse de Louis Maheux et de Georges Nadeau.

- William (1855-1918 Dover, Stattford, New Hampshire), époux de Marie Lacombe (1852-1918)

 Joseph, baptisé le 2 novembre 1857, décès à Saint-Honoré le 17 déc. 1917, Époux de Lucie Poulin (1859-1912)

-  Zoé ( 20-08-1859/09-07-1876), épouse d’Amédée Pépin (1852-1910). Amédée épouse en secondes noces, Mary Foley (1855-1917), fille de Luke Foley

-  Luc (vers1861/13-08-1876).

- Michel (06-11-1862/08-08-1876).

-  Jacques (21-10-1864/14-04-1866).

Henry (12-08-1866 /07-10-1945), époux d’Angélina Plante et de Maria Mathieu.

- Philéas (27-09-1868 / 29-07-1942 Springhill, USA). Époux de Victoria Poirier (1869-1948)

Virginie (02-07-1871/23-03-1874). 

Bernard Grondin et Elizabeth Foley déménagent de Saint-François-de-Beauce à Saint-Éphrem. Vers la fin du 19e siècle, la famille Grondin émigre à Pawtucket Rhode Island et Nashua New Hampshire. De retour au Canada, les Grondin demeureront entre Lambton et Saint-Évariste-de-Forsyth. Bernard Grondin décède à 75 ans et mois le 7 mai 1926; Elizabeth Foley meurt le 3 janvier 1941 à 90 ans et 4 mois…inhumés tous deux à Saint-Évariste-de-Forsyth.

Ce sang irlandais a certainement influencé la destinée de notre famille Garant.

Source : « La famille Garant de mon père Lucien à William à Polycarpe… » (version avril 2006 revue, mars 2017) Auteur : André Garant (1946-)



© Louis-Marie Garant 2015-2019